mercredi 18 mars 2009

CE TEMPS...

Ce temps qui passe
En heures lasses
Une pince de bois
Cramponne crânement
L’étendoir indolent
Des peaux ridées…

Os longs et
Bas usés, jambes lasses
Divagations hermé(neu)tiques

Interprétées par…
Moi !
Toujours la même...
Demain : trente ans
Et toujours les mêmes
Anathèmes
Érythèmes
Où le bât blesse…

Ma vie est en point de suspension
Je nais, je meurs…
Renais encore et puis re-meurs
Mais finis toujours par renaître…

Je voudrais être
En point d’orgue…
Une vie en
Sucre d’orge
Qui
Finirait par
Fondre dissoluble par
Mon désir
Lors de
Mon
Dernier et lucide
Claquement
De langue

Vermeille…

17 commentaires:

  1. Merci Gabriele, ta visite est toujours un plaisir...

    RépondreSupprimer
  2. Trente ans en desseins et beaux dessins qui passeront la margelle du temps.
    Trente ans de langue vermeille où les promenades poétiquement glissées en écho réveillent les envolées du temps.
    Envolée de mots sucre d'orge.
    Merci

    RépondreSupprimer
  3. Merci Maïté, bon dimanche à toi...
    Bises*****

    RépondreSupprimer
  4. Le temps, belle illusion !
    Tout beau Miren, tout beau :)

    RépondreSupprimer
  5. Bon dimanche Johal,
    Iguzkiarekin...

    RépondreSupprimer
  6. "Le tic-tac des horloges, on dirait des souris qui grignotent le temps."

    Alphonse Allais

    Bonne semaine Miren.
    Bisesssssssssssss

    RépondreSupprimer
  7. 'Demain : trente ans
    Et toujours les mêmes'

    Sept ans apres je me sens mieux et plus joli. Merci bien.

    Salutations de Londres.

    RépondreSupprimer
  8. Muchas gracias Juan Antonio (?)...
    Es un plazer de leer tus textos,
    Me ayudo um poco con el traductor pero...
    Hasta luego,
    Miren

    RépondreSupprimer
  9. Lovely, lovely blog you have going here and what beautiful art :)

    Reggie Girl

    RépondreSupprimer
  10. Hi Reggie,
    Thanks for being my contact, the eighth (!!!)
    Your blog is lovely too,
    See you soon,
    Miren

    RépondreSupprimer
  11. J'aime bcp ce remue ménage il tictac les âmes sensibles
    amitiés

    RépondreSupprimer
  12. je te réponds de suite pour te dire de nouveau merci

    RépondreSupprimer
  13. Boas imagens, fortes e delicadas - e isso é possível, sim!

    Felicidades, Miren!

    RépondreSupprimer
  14. C'est vraiment un très joli poème... Je ne suis pas très porté sur la poésie alors c'est tout dire :)

    C'est surtout la fin qui m'a transporté... J'arrivais presque à voir sous mes yeux ta langue vermeille claquer dans ta bouche contre tes dents en émail si blanches... Qui plus est: j'adore les sucres d'orges !

    Je sais, cela n’à rien avoir...

    RépondreSupprimer
  15. Ma chère Miren,
    Je découvre ton blog aujourd'hui et je suis tout de suite séduite. Si tu le permets, je le mettrai en lien sur mon propre blog.
    Le poème ci-dessus me touche particulièrement...Bises

    RépondreSupprimer
  16. Merci infiniment ma chère Gisèle pour ton attention, cela me fait très plaisir.
    Un plaisir tel que j'ai décidé de continuer ce blog d'écriture à partir d'aujourd'hui, je ne sais pas de quelle manière il évoluera, mais j'aime les défis! Bises, à bientôt,
    Miren

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser des commentaires!
Ils sont les bienvenus...